Interprétation de communauté [Community interpreting]

Erik Hertog
Lessius University College

Traduction par Charles Le Dû Lecavalier & M.-A. Belle

Table des matières

L’interprétation de communauté (IC) a pour but de permettre aux individus ou communautés allophones d’accéder aux services offerts en langue officielle par le gouvernement central ou local, ainsi que de communiquer avec ses prestataires. Parmi les contextes habituels d’IC, il faut compter les services sociaux (aide sociale, logement, emploi ou écoles), les milieux médicaux (garderies, hôpitaux ou cliniques de santé mentale), et les milieux judiciaires (prisons, postes de police ou bureaux de probation). Pour répondre aux exigences propres à la situation d’interprétation, l’interprète de communauté devra maîtriser le mode et la stratégie d’interprétation appropriés : l’interprétation de dialogue dit « de liaison », par ex. lors d’une demande de logement, d’un interrogatoire de police ou d’un examen médical; l’interprétation consécutive (avec prise de notes), par ex. pour un demandeur d’asile ou un témoin vulnérable en cour; l’interprétation simultanée, en général murmurée (chuchotée) à un seul ou quelques client(s), par ex. durant les plaidoiries de la poursuite ou de la défense en cour, les rencontres de parents à l’école ou les séances hebdomadaires dans un refuge pour femmes, bien qu’elle nécessite aussi parfois de recourir à des systèmes portables ou à des cabines d’interprétation pour les grands auditoires. En outre, les interprètes de communauté sont souvent tenus de traduire à vue toutes sortes de documents personnels et officiels; ils sont aussi de plus en plus fréquemment appelés à interpréter au téléphone ou par visioconférence. Autrement dit, ce ne sont pas les modes d’interprétation ou les stratégies employées qui distinguent les interprètes de communauté des interprètes de conférence, mais bien les contextes institutionnels dans lesquels ils opèrent – généralement sensibles, délicats et privés, voire carrément douloureux ou conflictuels par moments – et leurs conditions de travail : l’interprétation de communauté est une interaction bidirectionnelle entre le prestataire de services et le client; par ailleurs, la configuration spatiale, les participants, le degré de formalité et l’éventail des registres qu’elle implique sont complètement différents; et, dans l’ensemble, il s’agit encore d’une profession solitaire, dont le prestige social, le degré de professionnalisation et l’échelle de rémunération sont bien distincts.

Full-text access to translations is restricted to subscribers. Log in to obtain additional credentials. For subscription information see Subscription & Price.

Références

Angelelli, Claudia
2004aMedical Interpreting and Cross-cultural Communication. Cambridge: Cambridge University Press.Google Scholar
2004bRevisiting the Interpreter’s Role. Amsterdam et Philadelphie: John Benjamins.Google Scholar
Barsky, Robert F.
1994Constructing a Productive Other. Discourse Theory and the Convention Refugee Hearing. Amsterdam et Philadelphie: John Benjamins.Google Scholar
Berk-Seligson, Susan
1990The Bilingual Courtroom: Interpreters in the Judicial Process. Chicago: University of Chicago Press.Google Scholar
Hale, Sandra
2004The Discourse of Court Interpreting. Amsterdam et Philadelphie: John Benjamins.Google Scholar
2007Community Interpreting. Londres: Palgrave.Google Scholar
Hertog, Erik et Van der Veer, Bart
(éds) 2006Taking Stock: Research and Methodology in Community Interpreting. Linguistica Antverpiensia New Series 5. Anvers: Hoger Instituut voor Vertalers en Tolken.Google Scholar
Mason, Ian
(éd.) 1999Dialogue Interpreting. Numéro spécial de The Translator 5.Google Scholar
(éd.) 2001Triadic Exchanges. Studies in Dialogue Interpreting. Manchester: St. Jerome Press.Google Scholar
Metzger, Melanie
1999Sign Language Interpreting: Deconstructing the Myth of Neutrality. Washington: Gallaudet University Press.Google Scholar
Pöllabauer, Sonja
2005“I don’t understand your English, Miss”. Dolmetschen bei Asylanhörungen. Tübingen: Stauffenberg.Google Scholar
Roy, Cynthia
2000Interpreting as a Discourse Process. Oxford: Oxford University Press.Google Scholar
Wadensjö, Cecilia
1998 « Community Interpreting ». Dans Routledge Encyclopedia of Translation Studies, Mona Baker et Kirsten Malmkjaer. (éds). Londres et New York: Routledge.Google Scholar

Lectures complémentaires

Corsellis, Ann
2008Public Service Interpreting: The First Steps. Londres: Palgrave.Google Scholar
Hale Sandra, Ozolins Uldis & Stern Ludmila
(éds) 2009The Critical Link 5: Quality and Interpreting: a shared responsibility. Amsterdam et Philadelphie: John Benjamins.Google Scholar
Pöchhacker, Franz
1999 « ‘Getting Organized’: The Evolution of Community Interpreting. » Interpreting 4: 125–140.Google Scholar
Valero Garcés, Carmen et Martin Anne
(éds) 2008Building Bridges: The Controversial Role of the Community Interpreter. Amsterdam et Philadelphie: John Benjamins.Google Scholar
Wadensjö, Cecilia, Englund Dimitrova, Birgitta et Nilsson, Anna-Lena
(éds) 2007The Critical Link 4: Professionalization of interpreting in the community. Amsterdam et Philadelphie: John Benjamins.Google Scholar