Hybridité et traduction [Hybridity and translation]

Sherry Simon

Traduction par Christine Althey & Maxime Plante

Table des matières

Handbook of Translation Studies  Volume 2 (2011), pp. 49–53. Translation: 2014ISSN 2210-4844

© 2015 John Benjamins Publishing Company

Quand deux choses différentes sont mises en contact – quand des plantes ou des animaux sont « croisés », que deux identités sont fusionnées, que des genres littéraires sont mélangés ou qu’un édifice allie les caractéristiques de différents styles architecturaux – quelque chose de nouveau en résulte. Cette chose nouvelle est un hybride. De nos jours, l’hybridité a des connotations largement positives puisqu’elle s’articule autour de l’esthétique ou de la théorie culturelle en s’appuyant sur les modèles postcoloniaux (Bhabha, Young) et la théorie du manifeste cyborg (Haraway). Les identités mixtes et l’hybridation créative sont mises en valeur pour leur pouvoir d’innover et de surprendre, d’exprimer des idées et des émotions nouvelles, de refléter les réalités socioculturelles changeantes. De même, il y a eu en français revalorisation du terme « métissage » a été entreprise. Cependant, l’idée de l’hybridité porte en elle une longue histoire négative. Citons en exemple les mots « bâtard » et « mulâtre » qui partagent le même champ sémantique. Durant les XVIIIe et XIXe siècles, l’hybridité était fréquemment associée à l’anormalité, au monstrueux, au grotesque et a été mêlée à quelques-uns des plus sombres épisodes de l’histoire des sciences rattachés aux idées racistes du polygénisme, selon lequel il existerait plus d’une espèce humaine. Pour les gardiens des formes pures d’expression, l’hybridité était une forme de contamination, de même que le syncrétisme religieux était et continue d’être rejeté par les partisans d’un dogme absolu.

Full-text access to translations is restricted to subscribers. Log in to obtain additional credentials. For subscription information see Subscription & Price.

Références

Bhabha, Homi
1994The Location of Culture. London/New York: Routledge.Google Scholar
Gentzler, E
2008Translation and Identity in the Americas: New Directions in Translation Theory. London/New York: Routledge.  BoPGoogle Scholar
Godayol, P
(ed.) 2001Veus Xicanes. Vic: Eumo Editorial.Google Scholar
Haraway, Donna
1991“A Cyborg Manifesto: Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century.” In Simians, Cyborgs, and Women. The Reinvention of Nature, 149–181. New York: Routledge.Google Scholar
Laplantine, F. & Nouss, A
2001Métissages, de Arcimboldo à Zombi. Paris: Pauvert.Google Scholar
Leclerc, Catherine
2005“Between French and English, Between Ethnography and Assimilation: Strategies for Translating Moncton’s Acadian Vernacular.” TTR 18 (2): 161–192. Crossref logo  TSBGoogle Scholar
Simon, Sherry
(ed.) 1995Culture in Transit. Montreal: Véhicule Press.  TSBGoogle Scholar
Tymoczko, Maria
2003“Enlarging Western Translation Theory: Integrating Non-Western Thought about Translation.” http://​eslking​.com​/library2​/collections​/language​/translation​/tymoczko​_translation​_theory​.pdf [Accessed 14 June 2011]
Wolf, M
2007“The location of the ‘translation field. Negotiating borderlines between Pierre Bourdieu and Homi Bhabha.” In Constructing a Sociology of Translation, Michaela Wolf & Alexandra Fukari (eds), 109–119. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins  TSB. Crossref logoGoogle Scholar
Young, Robert J.C
1995Colonial Desire. Hybridity in Theory, Culture and Race. New York/London: Routledge.Google Scholar

Lectures complémentaires

Pratt, Mary Louise
1991“Arts of the Contact Zone.” Profession 91: 33–l40.Google Scholar
Schäffner, Christina & Adab, Beverly
2001“The Idea of the Hybrid Text in Translation: Contact as Conflict.” Across Languages and Cultures 2 (2): 277–302. Crossref logo  TSBGoogle Scholar
Simon, Sherry
1999Hybridité Culturelle. Montréal : Editions Ile de la Tortue.Google Scholar
Wolf, Michaela
2000“The ‘Third Space’ in Postcolonial Representation.” In Changing the Terms. Translating in the Postcolonial Era, Sherry Simon and Paul St-Pierre (eds), 127–145. Ottawa: University of Ottawa Press.Google Scholar