Pseudotraduction

Carole O’Sullivan
Université de Portsmouth

Traduction par Isabelle Cossette

Table des matières

Handbook of Translation Studies  Volume 2 (2011), pp. 123–125. Translation: 2019ISSN 2210-4844

© John Benjamins Publishing Company

Les pseudo-traductions, soit les textes qui ressemblent à des traductions, ont renvoyé à différents phénomènes au fil des décennies. Elles sont généralement définies comme « des textes ayant été présentés comme des traductions sans que des textes sources correspondants aient existé dans d’autres langues; par conséquent, il n’y a pas d’“opération de transfert” qui s’effectue, et donc pas de relation de traduction » (Toury 1995 : 40 – notre traduction). Cette définition de Toury suit le raisonnement d’Anton Popovič : celui-ci inclut, dans la taxonomie des types de traductions qu’il a établie en 1976, la « traduction fictive » (fictitious translation) (1976 : 20). Il précise qu’un auteur « publie une œuvre originale comme une traduction fictive afin d’attirer un large public, donc en se servant des attentes des lecteurs » (notre traduction). Inévitablement, les pseudo-traductions en disent plus sur les conventions de la culture cible que sur celles de la culture source putative, qui ont été falsifiées, imitées ou pastichées. C’est pour cette raison, ainsi que pour les questions qu’elles suscitent sur la perméabilité des systèmes, que les pseudo-traductions sont un objet d’étude de choix des recherches basées sur la traductologie descriptive ou sur la théorie du polysystème. En effet, elles renseignent les chercheurs « sur les notions partagées par les membres d’une communauté, non seulement en ce qui a trait au statut des textes traduits, mais également à leurs caractéristiques les plus évidentes » (Toury 1995 : 46 – notre traduction).

Full-text access to translations is restricted to subscribers. Log in to obtain additional credentials. For subscription information see Subscription & Price.

Références

Apter, Emily
2005 “Translation with No Original; Scandals of Textual Reproduction.” In Nation, Language, and the Ethics of Translation, Sandra Bermann & Michael Wood (eds.), 159–174. Princeton, NJ: Princeton University Press.Google Scholar
Bassnett, Susan
1998 “When is a translation not a translation?” In Constructing Cultures: Essays on Literary Translation, Susan Bassnett & André Lefevere, 25–40. Clevedon: Multilingual Matters.Google Scholar
Lefevere, André
2000 “Pseudotranslations.” In Encyclopedia of Literary Translation into English, Olive Classe (ed.), vol. 2, 1122–1123. London/Chicago: Fitzroy Dearborn.Google Scholar
Naudé, Jacobus A.
2008 “The role of pseudo-translations in early Afrikaans travel writing.” Southern African Linguistics and Applied Language Studies 26 (1): 97–106. Crossref logoGoogle Scholar
Du Pont, Olaf
2005 “Robert Graves’s Claudian novels: A case of pseudotranslation.” Target 17 (2): 327–347. Crossref logoGoogle Scholar
Pym, Anthony
1998Method in Translation History. Manchester: St. Jerome.Google Scholar
Toury, Gideon
1984 “Translation, literary translation and pseudotranslation.” Comparative Criticism 6: 73–85.Google Scholar
1995/2012Descriptive Translation Studies. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins. Crossref logoGoogle Scholar