La traduction par relais

Martin Ringmar

Traduction par Amanda Abbott

Table des matières

Handbook of Translation Studies  Volume 3 (2012), pp. 141–144. ISSN 2210-4844

© John Benjamins Publishing Company

La traduction par relais ou traduction-relais fait référence à une chaîne d’au moins trois textes qui produisent une traduction finale effectuée à partir d’une autre traduction : (original) TD > texte pivot (TP) > (fin) TA. Une multitude de termes ont été suggérés pour décrire cet exercice, créant un «  désordre  » conceptuel (Pym 2011 : 80, notre traduction). Bien qu’il soit très répandu, le terme recommandé par Pym, «  traduction indirecte  », se trouve en concurrence avec d’autres usages, tels que la traduction orientée vers le contenu, par exemple. L’appellation «  retraduction  », autre terme ambigu, semble aujourd’hui moins utilisée pour faire référence à la traduction-relais (cf. Pym 2011 : 90). Le terme «  traduction indirecte  » met l’accent sur le produit final, tandis que la «  traduction relais  » souligne le processus (Dollerup 2000 : 23; cf. Relay interpreting). La traduction-relais est habituellement étudiée dans la culture cible située à la fin de la chaîne – un exemple étant le projet de recherche allemand de longue haleine se penchant sur les traductions vers l’allemand à partir du français pendant l’époque moderne (résumé dans Graeber 2004). Il n’existe pas un intérêt équivalent à propos du rôle de médiateur joué par l’Allemagne à l’égard de l’Europe de l’Est et l’Europe du Nord ni, d’ailleurs, une recherche exhaustive anglo-américaine sur l’anglais comme langue pivot dans le monde d’aujourd’hui. Par conséquent, la recherche sur la traduction-relais, aussi limitée soit-elle, tend à être produite par des chercheurs appartenant à des langues (semi-)périphériques telles que le catalan, le chinois, le néerlandais, l’hébreu, les langues scandinaves, entre autres.

Full-text access to translations is restricted to subscribers. Log in to obtain additional credentials. For subscription information see Subscription & Price.

Références

Benjamin, Walter
2004 2e éd.. « The task of the translator ». In The Translation Studies Reader, Lawrence Venuti (dir.), 75–85. Londres et New York: Routledge. [Traduit par Harry Zohn]. TSBGoogle Scholar
[Benjamin, Walter
1959 « La tâche du traducteur ». In Walter Benjamin. Œuvres choisies. Traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac, 57–74. Paris: R. Juillard.]Google Scholar
Dollerup, Cay
2000 « ‘Relay’ and ‘support’ translations ». In Translation in Context, Andrew Chesterman (dir.), 17–26. Amsterdam et Philadelphie: John Benjamins TSB. doi: Crossref logoGoogle Scholar
Gambier, Yves
2003 « Working with relay: An old story and a new challenge ». In Speaking in Tongues: Language across Contexts and Users, Luis Pérez González (dir.), 47–66. University of Valencia Press.Google Scholar
Graeber, Wilhelm
2004 « ‘Englische Übersetzer aus dem Französischen’: Eine Forschungsbilanz der Übersetzungen aus zweiter Hand ». In Die literarische Übersetzung in Deutschland, Armin Paul Frank & Horst Turk (dir.), 93–107. Berlin: Erich Schmidt Verlag.Google Scholar
Heilbron, Johan
1999 « Towards a sociology of translation. Book translations as a cultural world-system ». European Journal of Social Theory 2 (4): 429–444. TSBGoogle Scholar
Kittel, Harald & Frank, Armin Paul
(dir.) 1991Interculturality and the Historical Study of Literary Translations. Berlin: Erich Schmidt Verlag. TSBGoogle Scholar
Pym, Anthony
2011 « Translation research terms: A tentative glossary for moments of perplexity and dispute ». In Translation Research Projects 3, Anthony Pym (dir.), 75–110. Tarragone: Intercultural Studies Group. TSBGoogle Scholar
Qvale, Per
2003From St. Jerome to Hypertext. Translation in Theory and Practice. Manchester et Northampton: St. Jerome. [Traduit par Norman R. Spencer]. TSBGoogle Scholar
Ringmar, Martin
2007 « ‘Roundabout routes’. Some remarks on indirect translations ». In Selected Papers of the CETRA Research Seminar in Translation Studies 2006, Francis Mus (dir.). www​.kuleuven​.be​/cetra​/papers​/Papers2006​/RINGMAR​.pdf [Accessible le 24 Janvier 2012].
2008 « Von indirekten zu direkten Beziehungen im finnisch-isländischen Literaturaustausch ». trans-kom. Zeitschrift für Translationswissenschaft und Fachkommunikation 1 (1). www​.trans​-kom​.eu/ [Accessible le 24 January 2012]. TSB
Roche, Geneviève
2001Les traductions-relais en Allemagne au XVIIIe siècle. Paris: CNRS Éditions. TSBGoogle Scholar
Simon, Sherry
2008 « Yiddish in America or styles of self-translation ». In Beyond Descriptive Translation Studies. Investigations in homage to Gideon Toury, Anthony Pym (dir.), 67–78. Amsterdam/Philadelphie: John Benjamins BoP. doi: Crossref logoGoogle Scholar
Stackelberg, Jürgen von
1984Übersetzungen aus zweiter Hand. Rezeptionsvorgänge in der europäischen Literatur vom 14. bis zum 18. Jahrhundert. Berlin et New York: Walter de Gruyter. Crossref logoGoogle Scholar
St André, James
2010 « Lessons from Chinese history: Translation as a collaborative and multi-stage process ». TTR 23 (1): 71–94. Crossref logoGoogle Scholar
Toury, Gideon
1995Descriptive Translation Studies – and beyond. Amsterdam/Philadelphie: John Benjamins. Crossref logo BoPGoogle Scholar
[ 1977 « Recommandation sur la protection juridique des traducteurs et des traductions et sur les moyens pratiques d’améliorer la condition des traducteurs ». Résolutions : Actes de la Conférence générale à sa dix-neuvième session. (Annexe 1, 41–45). [Accessible à http://​unesdoc​.unesco​.org​/images​/0011​/001140​/114038f​.pdf#page​=158]]
Venuti, Lawrence
1995The Translator’s Invisibility – A History of Translation. Londres/New York: Routledge. Crossref logoGoogle Scholar
Zaborov, Petr
2011 « Die Zwischenübersetzung in der Geschichte der russischen Literatur ». In Übersetzung. Translation. Traduction (HSK 26:3), Harald Kittel (dir.), 2066–2073. Berlin et Boston: Walter de Gruyter.Google Scholar

Lectures complémentaires

Washbourne, Kelly
2013 « Nonlinear Narratives: Paths of Indirect and Relay Translation ». Meta : journal des traducteurs 58:3 (s. 607–625). Crossref logoGoogle Scholar

Articles complémentaires