Write to speak: Accents et alternances de codes dans les textes dramatiques écrits et traduits au Canada

Louise Ladouceur

Résumé

Les deux langues offcielles du Canada sont prises dans un rapport de force marqué par l’inégalité. Travaillés par cette inégalité, les textes de théâtre ont recours à des procédés verbaux dont les fonctions varient selon la langue dans laquelle ils sont écrits et la communauté à laquelle ils s’adressent. Ainsi, la dramaturgie franco-canadienne fait appel à une alternance de codes qui reflète la réalité minoritaire du français nord-américain exposé à l’influence dominante de l’anglais et est, par conséquent, diffcilement traduisible en anglais. L’accent affché sur scène par les personnages est aussi une manifestation d’hétérolinguisme qui s’inscrit dans une dynamique identitaire fort complexe propre au texte oral. Cette étude porte sur les accents et les alternances de codes dans des œuvres dramatiques de Michel Tremblay, Jean Marc Dalpé et Robert Lepage pour en dégager les fonctions et observer les représentations auxquelles elles donnent lieu en traduction anglaise.

Mots clés :
Table des matières

Tributaire de son contexte social immédiat, le texte dramatique ne révèle tous ses sens que dans l’espace et le temps d’un spectacle destiné à une collectivité à laquelle il s’adresse directement dans une langue orale. L’oralité du texte livré sur scène se voit alors attribuée des valeurs spécifiques déterminées par la conjoncture linguistique propre au contexte dans lequel l’œuvre est produite. Au Canada, le rapport de force qu’entretiennent deux langues officielles inégales engendre une hiérarchisation des langues et des variations langagières qui agit [ p. 50 ]sur l’écriture du texte dramatique francophone et sur le transfert en traduction anglaise des procédés hybrides, qu’ils soient textuels ou verbaux, auxquels il fait appel. Traces de l’influence dominante de l’anglais sur le français en contexte canadien, l’accent et l’alternance codiques du texte francophone posent un défi de taille à la traduction anglaise puisqu’ils sont la conséquence d’une condition historique et sociolinguistique que ne partage pas la majorité anglophone. Cette étude consacrée aux textes dramatiques écrits et traduits au Canada porte sur les fonctions attribuées à l’accent et aux alternances de codes au sein des textes francophones ainsi que sur les représentations auxquelles elles donnent lieu en traduction anglaise.

Full-text access is restricted to subscribers. Log in to obtain additional credentials. For subscription information see Subscription & Price. Direct PDF access to this article can be purchased through our e-platform.

Références

Bosley, Vivianne
1988 “Diluting the mixture: Translating Michel Tremblay’s Les Belles-Sœurs”. TTR: Études sur le texte et ses transformations 1:1. 139–145.   CrossrefGoogle Scholar
Bovet, Jeanne
1991 “Une impression de décalage”: le plurilinguisme dans la production du Théâtre Repère. Québec: Mémoire de maîtrise, Université Laval.Google Scholar
Brassard, Marie, Jean Casault, Lorraine Côté, Marie Gignac, Robert Lepage et Marie Michaud
2005La trilogie des dragons. Québec: L’instant même.Google Scholar
Brisset, Annie
1986 “Ceci n’est pas une trahison”. Spirale 62. 12–13.Google Scholar
1990Sociocritique de la traduction: théâtre et altérité au Québec (1968–1988). Longueuil: Préambule.Google Scholar
Brown, Kenneth
2005Cow-boy poétré. Traduction et adaptation de Laurier Gareau. Manuscrit fourni par l’Unithéâtre, Edmonton.Google Scholar
Camerlain, Lorraine
1987 “O.k. on change!”. Cahiers de théâtre Jeu 45. 83–97.Google Scholar
Casanova, Pascale
1999La République mondiale des Lettres. Paris: Seuil.Google Scholar
Chevrier, Michel
2005 “Le théâtre franco-ontarien: la récupération des traditions orales dans le drame contemporain”. Article en ligne: http:/​/www​.carleton​.ca​/califa​/theatre​.htm . (15 avril).
Courchesne, Michel
1987 “André Paiement: Père de la francophonie ontarienne”. Revue du Nouvel Ontario 9. 145–146.Google Scholar
Dalpé, Jean Marc
1987Le chien. Sudbury: Prise de parole.Google Scholar
1988Le Chien. Traduction anglaise de Maureen LaBonté et Jean Marc Dalpé. Montréal: Manuscrit déposé au Centre des auteurs dramatiques.Google Scholar
Dickson, Robert
1994 “La traduction théâtrale en Ontario français”. Cahiers de théâtre Jeu 73. 60–66.Google Scholar
Gaboriau, Linda
1995 “The cultures of theatre”. Sherry Simon, ed. Culture in transit: Translating the literature of Quebec. Montréal: Véhicule Press 1995 83–90.Google Scholar
Gauvin, Lise
2000Langagement: L’écrivain et la langue au Québec. Montréal: Boréal.Google Scholar
Hébert, Chantal et Irène Perelli-Contos
2001La face cachée du théâtre de l’image. Québec: Presses de l’Université Laval.Google Scholar
Koustas, Jane
1989 “Hosanna in Toronto: ‘Tour de force’ or ‘Détour de traduction’”. TTR Études sur le texte et ses transformations 2:2. 129–139.Google Scholar
Ladouceur, Louise
2002 “Canada’s Michel Tremblay: des Belles Soeurs à For the pleasure of seeing her again ”. TTR Études sur le texte et ses transformations 15:1. 137–164. www​.erudit​.org​/revue​/ttr​/2002​/v15​/n1​/006804ar​.html
2005aMaking the scene: la traduction du théâtre d’une langue officielle à l’autre au Canada. Québec: Éditions Nota bene.Google Scholar
[ p. 67 ]
2005b “Michel Tremblay: traduire, c’est un plaisir ajouté à l’écriture”. Agnes Whitfield, ed. Le métier du double: Portraits de traductrices et traducteurs littéraires. Montréal: Fides 2005 31–63.Google Scholar
Lepage, Robert et Ex Machina
1996The seven streams of the river Ota. Londres: Methuen Drama.Google Scholar
Lévesque, Solange
1987 “Tenir l’univers dans sa main”. Cahiers de théâtre Jeu 45. 111–120.Google Scholar
Mezei, Kathy
1995 “Speaking white: Translation as a vehicle of assimilation in Quebec”. Sherry Simon, ed. Culture in transit: Translating the literature of Quebec. Montréal: Vehicule Press 1995 133–148.Google Scholar
Michaud, Ginette
1999 “‘À voix basse et tremblante’: phonographies de l’accent, de Derrida à Joyce”. Lise Gauvin, ed. Les langues du roman: Du plurilinguisme comme stratégie textuelle. Montréal: Presses de l’Université de Montréal 1999 15–35. CrossrefGoogle Scholar
Moss, Jane
2004 “The drama of identity in Canada’s francophone west”. The American review of Canadian studies (March). 81–97.   CrossrefGoogle Scholar
Nicholls, Liz
2005 “Allo, mon cowboy”. The Edmonton journal (April 6). C1–C2.Google Scholar
Nida, Eugene et Charles Taber
1969The theory and practice of translation. Leiden: E.J. Brill.Google Scholar
Paiement, André
1974Lavalléville. Sudbury: Prise de parole.Google Scholar
Paré, François
1994a “La dramaturgie franco-ontarienne, la langue et la Loi”. Cahiers de théâtre jeu 73. 28–32.Google Scholar
1994bThéories de la fragilité. Ottawa: Le Nordir.Google Scholar
Prescott, Marc
2001 “Sex, lies et les Franco-Manitobains”. Bullshit; Big; Sex, lies et les Franco-manitobains. Saint-Boniface: Les Éditions du Blé.Google Scholar
Simon, Sherry
1994Le trafic des langues: traduction et culture dans la littérature québécoise. Montréal: BoréalGoogle Scholar
Tremblay, Michel
1968Les belles-sœurs. Montréal: Holt, Rinehart et Winston.Google Scholar
1974Les Belles Sœurs. Traduction anglaise de John Van Burek et Bill Glassco. Vancouver: Talonbooks.Google Scholar
1974Hosanna. Traduction anglaise de John Van Burek et Bill Glassco. Vancouver: Talonbooks.Google Scholar
1991La Maison Suspendue. Traduction anglaise de John Van Burek et Bill Glassco. Vancouver: Talonbooks.Google Scholar
Zindel, Paul
1970L’effet des rayons gamma sur les vieux-garçons. Traduction et adaptation de Michel Tremblay. Montréal: Leméac.[ p. 68 ]Google Scholar