Compte rendu
Annie Brisset. Sociocritique de la traduction: Théâtre et altérité au Québec (1968-1988).
Québec: Le Préambule, 1990. 347 p. ISBN 2-89133-114-1 (Collection L'Uniyers des discours).

Compte rendu par Clem Robyns
Leuven, Fonds National de la Recherche Scientifique de Belgique

Table des matières

Tout en se proclamant jeune et interdisciplinaire, la science de la traductioncontinue à se heurter aux limites des cadres théoriques traditionnels dont elle est issue. L'immanentisme de la linguistique structurale, de l'herméneutique et [ p. 253 ]même des études littéraires plus fonctionnelles aussi bien que le pragmatisme des approches didactiques s'opposent à toute perspective englobante qui permettrait de décrire la superposition des divers discours et fonctions déterminant le texte traduit, au lieu de renvoyer le social et l'institutionnel à une soi-disant "contextualisation" a posteriori (cf. Robyns 1992).

Full-text access is restricted to subscribers. Log in to obtain additional credentials. For subscription information see Subscription & Price. Direct PDF access to this article can be purchased through our e-platform.

Bibliographie

Brisset, Annie
1986 “Ceci n’est pas une trahison”. Spirale (juin). 12–13.Google Scholar
1988a “Translation & Parody: Quebec Theatre in the Making”. Canadian Literature 117. 92–106.Google Scholar
1988b “Le public et son traducteur: Profil idéologique de la traduction théâtrale au Québec”. TTR 1:2. 11–18   Crossref logoGoogle Scholar
1989a “Le travail perlocutoire de la traduction Macbeth québécois”. Meta XXXIV:2. 179–194.   Crossref logoGoogle Scholar
1989b “In Search of a Target Language: The Politics of Theatre Translation in Quebec”. Target 1:1. 9–27.   Crossref logoGoogle Scholar
Robyns, Clem
1992 “Towards a Sociosemiotics of Translation”. Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte 1/2. 211–226.Google Scholar
Simon, Sherry
1989L’inscription sociale de la traduction au Québec. Québec: Office de la langue française.Google Scholar