Compte rendu
Catherine Delesse, éd. Inscrire l’altérité : emprunts et néologismes en traduction
(Palimpsestes, 25). Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, 2012. 282 p.

Compte rendu par Myriam Suchet
Sorbonne Nouvelle—Paris 3

Table des matières

Si traduire présuppose la perception ou l’institution d’une étrangeté entre deux langues, la présence de corps étrangers (emprunts, néologismes, archaïsmes, etc.) dans un texte à traduire rend son altérité vertigineuse. On observe une étrangeté à la puissance deux, soit une {étrangeté2}, lorsqu’une troisième langue s’ajoute à la différence entre la langue de départ et la langue d’arrivée. À l’inverse, l’altérité du texte à traduire s’annule là où la langue empruntée coïncide avec la langue cible. Le texte traduit émaillé d’emprunts (ou de néologismes) constitue, à son tour, une espèce de palimpseste : en lui les langues se stratifient, se différencient et se télescopent. Le numéro 25 de Palimpsestes, dirigé par Catherine Delesse sous le titre Inscrire l’altérité : emprunts et néologismes en traduction, est donc particulièrement pertinent et bienvenu. Douze articles, dont deux en anglais, se penchent sur des cas précis de traduction entre l’anglais et le français, mais aussi de l’allemand et du grec au français et du français au roumain (dans le cas particulier de la rétroauto-traduction de Panaït Istrati), avec une place réservée au créole « chamarré comme un kaléidoscope » (171) de Derek Walcott et au français ‘chamoisié’ (pour reprendre un néologisme, justement, de Milan Kundera). Le rapprochement des emprunts (insertion d’une langue étrangère) et des néologismes (apparition d’une langue imaginaire) révèle l’indistinction des frontières d’une langue dont on ne sait plus très bien à partir de quelle borne elle commence à être inventée. Bien que la plupart des cas étudiés soient des oeuvres littéraires modernes ou contemporaines, l’approche est majoritairement linguistique.

Full-text access is restricted to subscribers. Log in to obtain additional credentials. For subscription information see Subscription & Price. Direct PDF access to this article can be purchased through our e-platform.

Références

Delesse, Catherine
éd 2006Discours rapporté(s). Approche(s) linguistique(s) et/ou traductologique(s). Arras : Artois Presses Université.Google Scholar
Derrida, Jacques
1986Schibboleth : pour Paul Celan. Paris : Galilée.   Crossref logoGoogle Scholar
Grutman, Rainier
1990« Le bilinguisme comme relation intersémiotique ». Canadian Review of Comparative Literature 17 (3-4) : 198–212.Google Scholar
1997Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au xixe siècle québécois. Québec : Fides.Google Scholar
Henry, Jacqueline
2000« De l’érudition à l’échec : la note du traducteur ». Meta 45 (2) : 228–240. DOI : Crossref logoGoogle Scholar
Le Blanc, Charles
2009Le Complexe d’Hermès : Regards philosophiques sur la traduction. Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa.Google Scholar
Mbodj-Pouye, Aïssatou, et Cécile Van den Avenne
2007« “C’est bambara et français mélangés”. Analyser des écrits plurilingues à partir du cas de cahiers villageois recueillis au Mali ». Langage et société 120 : 99–127. DOI : Crossref logoGoogle Scholar
Taivalkoski-Shilov, Kristiina
2006La Tierce main. Le discours rapporté dans les traductions françaises de Fielding au XVIIIème siècle. Arras : Artois Presses Université. Crossref logoGoogle Scholar

Suggestions de lectures complémentaires et exploratoires

Baneth-Nouailhetas, Emilienne, et Claire Joubert
éds 2006Comparer l’étranger. Enjeux du comparatisme en littérature. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.Google Scholar
Clavaron, Yves, Jérôme Dutel, et Clément Lévy
éds 2011L’Étrangeté des langues. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne.Google Scholar
Mondada, Lorenza
1999« L’accomplissement de l’“étrangéité” dans et par l’interaction : procédures de catégorisation des locuteurs ». Langages 33 (134) : 20–34. DOI : Crossref logoGoogle Scholar
Ost, François
2009Traduire. Défense et illustration du multilinguisme. Ouvertures. Paris : Fayard.Google Scholar
[ p. 495 ]
Perrot-Corpet, Danielle, et Christine Queffélec
éds 2007Citer la langue de l’autre. Mots étrangers dans le roman, de Proust à W. G. Sebald. Lyon : Presses Universitaires de Lyon.Google Scholar
Roux-Faucard, Geneviève
éd 2006L’Emprunt dans la traduction des textes littéraires. Montpellier : Presses de l’Université de Montpellier III.Google Scholar
Suchet, Myriam
2014L’Imaginaire hétérolingue. Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues. Paris : Classiques Garnier.Google Scholar