Compte rendu
Michel Ballard. De Cicéron à Benjamin: Traducteurs, traductions, réflexions
Lille: Presses Universitaires de Lille, 1992. 299 p. ISBN 2-85939-412-5 130 FF (Coll. Étude de la traduction).

Compte rendu par Jean Delisle
Ottawa

Table des matières

Sur les rayons des bibliothèques, on peut trouver des histoires universelles de la musique, des arts, des sciences ou de la littérature. C'est en vain qu'on y chercherait une histoire mondiale de la traduction. Cette vaste synthèse de l'activité millénaire des traducteurs reste à écrire. On peut même se demander s'il n'est pas utopique de croire à la possibilité d'accomplir une tâche de cette envergure. La Fédération Internationale des Traducteurs (FIT) en a caressé le projet dès 1963, mais a dÛ reculer devant l'ampleur de la tâche (Radó 1964: 15).

Full-text access is restricted to subscribers. Log in to obtain additional credentials. For subscription information see Subscription & Price. Direct PDF access to this article can be purchased through our e-platform.

Références

Kelly, J.N.
1975Jerome: His Life, Writings, and Controversies. London: Duckworth.Google Scholar
Lusignan, Serge
1986Parler vulgairement. Paris-Montréal: Vrin-Presses de l’Université de Montréal.Google Scholar
Monfrin, Jacques
1964 “Humanisme et traduction au Moyen Age” et “Les traducteurs et leur public en France au Moyen Age”. Anthème Fourrier, éd. Actes du colloque organisé par le Centre de Philologie et de Littératures romanes de l’Université de Strasbourg. Paris: Klincksieck 1964 217–246 et 247–262.Google Scholar
Mounin, Georges
1955Les Belles infidèles. Paris: Cahiers du Sud.Google Scholar
Radó, György
1964 “La traduction et son histoire”. Babel X:1. 15–16.   Crossref logoGoogle Scholar
1967 “Approaching the History of Translation”. Babel XIII:3. 169–173.   Crossref logoGoogle Scholar