Article published In:
Lingvisticæ Investigationes
Vol. 37:1 (2014) ► pp.129155
References
Anscombre, J-C.
(2010) Lexique et médiativité: les marqueurs pour le dire. Cahiers de lexicologie, 961, 5–33.Google Scholar
Anscombre, J-C., & Ducrot, O.
(1983) L’argumentation dans la langue. Paris-Bruxelles: Mardaga.Google Scholar
Anscombre, J.-C., Rodriguez Somolinos, A., Arroyo, Á., Rouanne, L., Fouillioux, C., Saló, Ma J., & Gómez-Jordana, S.
(2009) Apparences, indices et attitude énonciative: le cas de apparemment . Langue Française, 161, 39–58. DOI logoGoogle Scholar
Barbet, C., & de Saussure, L.
(Eds.) (2012) Modalité et évidentialité en français. Langue Française, 1731. DOI logoGoogle Scholar
Berrendonner, A., & Reichler-Béguelin, M-J.
(1996) De quelques adjectifs à rendement anaphorique: PREMIER, DERNIER, AUTRE . In M. Gross, P. Lerat, & C. Molinier (Eds.),L’adjectif: une catégorie hétérogène,Studi italiani di linguistica teorica e applicata, XXV(3), 475–502. Pisa: pacini editore.Google Scholar
Blumenthal, P.
(2007) Histoire de la montée en puissance de début . In L. Bégioni, & C. Muller (Eds.), Problèmes de sémantique et de syntaxe (pp. 445–471). Lille 3: Editions du Conseil Scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle.Google Scholar
Borillo, A.
(1998) L’espace et son expression en français. Gap-Paris: Ophrys.Google Scholar
(2004) Les « Adverbes d’opinion » selon moi, à mes yeux, à mon avis, …: point de vue subjectif et effet d’atténuation. Langue française, 421, 31–40. DOI logoGoogle Scholar
(2005) Les Adverbes temporels et la structuration du discours. Cahiers Chronos, 121, 1–18.Google Scholar
Carlier, A.
(2002) Les propriétés aspectuelles du passif. Cahiers Chronos, 101, 41–63.Google Scholar
Chafe, W.
(1986) Evidentiality in English conversation and in academic writing. In W. Chafe, & J. Nichols (Eds.), Evidentiality: The linguistic coding of epistemology (pp. 261–272). Norwood (New Yearsey): Ablex Publishing Company.Google Scholar
Charolles, M.
(1984)  En réalité et en fin de compte et la résolution des oppositions. Travaux du centre de recherches Sémiologiques, 471, 81–111.Google Scholar
(1997) L’encadrement du discours: univers, champs, domaines et espaces. Cahier de Recherche Linguistique, 61, 1–73, LANDISCO, URA-CNRS 1035, Université de Nancy 2.Google Scholar
(2009) Les cadres de discours et leurs frontières. In D. Delomier, & M-A. Morel (Eds.), Frontières: du linguistique au sémiotique (pp. 143–162). Limoges: Lambert-Lucas.Google Scholar
(2011) Les emplois justificatifs de en effet . In F. Neveu, P. Blumenthal, & N. Le Querler (Eds.), Au commencement était le verbe. Syntaxe, sémantique et cognition (pp. 29–51). Berne: Peter Lang.Google Scholar
Charolles, M., & Péry-Woodley, M-P.
(Eds.) (2005) Les adverbiaux cadratifs. Langue Française, 1481. DOI logoGoogle Scholar
Coltier, D., Dendale, P., & De Brabanter, P.
(2009) La notion de prise en charge: mise en perspective. Langue française, 1621, 3–27. DOI logoGoogle Scholar
Cornish, F.
(2006) Relations de cohérence en discours: critères de reconnaissance, caractérisation et articulation cohésion-cohérence. Corela, Numéraux spéciaux, Organisation des textes et cohérence des discours, [URL].Google Scholar
Crompton, P.
(2006) The effect of position on the discourse scope of adverbials. Text and Talk, 26(3), 245–279. DOI logoGoogle Scholar
Dendale, P., & Tasmowski, L.
(1994) Présentation: L’évidentialité ou le marquage des sources du savoir. Langue Française, 1021, 3–7. DOI logoGoogle Scholar
Dik, S.
(1989) The theory of functional grammar I. Dordrecht: Foris.Google Scholar
Ducrot, O.
(1984) Le dire et le dit. Paris: Editions de Minuit.Google Scholar
Franckel, J-J.
(1987)  Fin en perspective: finalement, enfin, à la fin . Cahiers de linguistique française, 81, 43–68.Google Scholar
(1989) Etude de quelques marqueurs aspectuels du français. Genève-Paris: Droz.Google Scholar
Gosselin, L.
(2010) Entre lexique et grammaire: les périphrases aspectuelles du français. Cahiers de lexicologie, 961, 36–67.Google Scholar
Gosselin, L., Lenepveu, V., & Legallois, D.
(2011) Les phases: de l’aspect des procès à la structuration textuelle. In F. Neveu, P. Blumenthal, & N. Le Querler (Eds.), Au commencement était le verbe. Syntaxe, Sémantique, Cognition (pp. 161–186). Berne: Peter Lang.Google Scholar
Gross, G.
(1996) Les expressions figées en français. Gap-Paris: Ophrys.Google Scholar
Guimier, C.
(1996), Les adverbes du français, le cas des adverbes en –ment. Paris-Gap: Ophrys.Google Scholar
Haillet, P-P.
(2002) Le conditionnel en français: une approche polyphonique. Paris-Gap: Ophrys.Google Scholar
(2007) Pour une linguistique des représentations discursives. Bruxelles: Duculot. DOI logoGoogle Scholar
Halmøy, O.
(2003) Le gérondif en français. Gap-Paris: Ophrys.Google Scholar
Imbs, P., & puis Quemada, B.
. (dir) (1971-1994) Trésor de la langue française: dictionnaire de la langue du XIXème et du XXème siècle. Paris: Editions du CNRS puis Gallimard.Google Scholar
Jackiewicz, A.
(2005) Les séries linéaires dans le discours. Langue Française, 1481, 95–110. DOI logoGoogle Scholar
Kahloul, M.
(2004)  Tout compte fait, de toute façon: connecteurs conclusifs et/ou de clôture ? Revue de sémantique et pragmatique, 15/161, 235–252.Google Scholar
Kleiber, G.
(1998)  Tout et ses domaines: sur la structure tout+déterminant+N . In A. Englebert, M. Pierrard, L. Rosier, & D. Van Raemdonck (Eds.), La ligne claire. Mélanges M. Wilmet. De la linguistique à la grammaire (pp. 87–98). Bruxelles: Duculot.Google Scholar
(2008) Le gérondif: de la phrase au texte. Discours, diachronie, stylistique du français . In O. Bertrand, S. Prévost, M. Charolles, J. François, & C. Schnedecker (Eds.), Etudes en hommage à Bernard Combettes (pp. 107–123). Berne: Peter Lang.Google Scholar
Kleiber, G., & Martin, R.
(1977) La quantification universelle en français (le, un, tout, chaque, chaque, n’importe quel) . Semantikos, II(1), 19–86.Google Scholar
Kleiber, G., & Theissen, A.
(2006) Le gérondif comme marqueur de cohésion et de cohérence. In F. Calas (Ed.), Cohérence et discours (pp. 173–184). Paris: Presses de l’Université Paris-Sorbonne.Google Scholar
Korzen, H., & Nølke, H.
(1990) Projet pour une théorie des emplois du conditionnel. In Actes du onzième congrès des romanistes scandinaves, Trondheim, 13-17 août 1990 (pp. 273–300). Université de Trondheim: Institut d’études romanes.Google Scholar
(2001) Le conditionnel: niveaux de modalisation. In P. Dendale, & L. Tasmowski (Eds.), Le conditionnel en français, Recherches linguistiques, 251, 25–146. Paris: Klincksieck.Google Scholar
Kronning, H.
(1996) Modalité, cognition et polysémie: sémantique du verbe modal « devoir ». Uppsala et Stockholm: Acta Universitatis Upsaliensis et Almqvist International.Google Scholar
(2012) Le conditionnel épistémique: propriétés et fonctions discursives. Langue française, 1731, 83–97. DOI logoGoogle Scholar
Lambrecht, K.
(1994) Information structure and sentence Form. Topic, focus, and the mental representation of discourse referents. Cambridge: Cambridge Unity Press. DOI logoGoogle Scholar
Leeman, D., & Sakhokia Giraud, M.
(2007) Point de vue culiolien sur le verbe voir dans Les Verbes français . Langue française, 1531, 58–73. DOI logoGoogle Scholar
Legallois, D.
(2006) Quand le texte signale sa structure: la fonction textuelle des noms sous-spécifiés, Corela, Numéros spéciaux, Organisation des textes et cohérence des discours . Accessible en ligne à l’URL: [URL]. DOI logoGoogle Scholar
Legallois, D., & Grea, P.
(2006)  L’objectif de cet article est de … : Construction spécificationnelle et grammaire phraséologique. Cahiers de praxématique, 461, 161–186. DOI logoGoogle Scholar
Lenepveu, V.
(2006) Structure grammaticale et valeur sémantico-pragmatique des locutions adverbiales de reformulation tout compte fait, tout bien considéré, tout bien pesé… . In J. François, & S. Mejri (Eds.), Composition syntaxique et figement lexical (pp. 187–202). Caen: Presses Universitaires de Caen.Google Scholar
(2007) De la quantification à l’argumentation: le substantif compte dans les locutions adverbiales. Verbum, XXIX(3-4), 305–317.Google Scholar
(2008)  En fin de compte, au bout du compte, tout compte fait: quand reformuler, c’est reconsidérer. In M. Schuwer, M-C. Le Bot, & E. Richard (Eds.), La reformulation. Marqueurs linguistiques. Stratégies énonciatives (pp. 113-126). Presses Universitaires de Rennes, collection Rivages linguistiques.Google Scholar
(2010) De l’expression du point de vue à l’anticipation textuelle: le rôle de à première vue . Discours, 71, [URL]Google Scholar
(2011)  A première vue, marqueur d’aspect de dicto. Journal of French Language Studies, 21(3), 381–400. DOI logoGoogle Scholar
(2012) Les marqueurs d’aspect de dicto: à première vue, au premier abord, de prime abord , Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF 2012, Lyon 2– Institut de Linguistique française, [URL]
Lenepveu, V., & Gosselin, L.
(2013) Les marqueurs d’aspect de dicto: à première vue, à y regarder de plus près, au bout du compte, tout compte fait … ». In C. Norén, K. Jonasson, H. Nølke, & M. Svensson (Eds.), Modalité, évidentialité et autres friandises langagières (pp. 227–268). Berne: Peter Lang.Google Scholar
Mann, W.C., & Thompson, S.A.
(1988) Rhetorical structure theory: Toward a functional theory of text organization. Text, 8(3), 243–281. DOI logoGoogle Scholar
Mann, W.C., & Taboada, M.
(2005-2012) RST website. [[URL]].
Martin, R.
(1987) Langage et croyance, Les « univers de croyance » dans la théorie sémantique. Bruxelles: Mardaga.Google Scholar
(2013) L’accord du participe passé avec avoir en moyen français. Le français moderne, LXXXI(2), 137–143.Google Scholar
Milner, J-C.
(1978) De la syntaxe à l’interprétation. Paris: Seuil.Google Scholar
Molinier, C.
(2009) Les Adverbes d’énonciation. Comment les définir et les sous-classifier? Langue française, 161, 9–22. DOI logoGoogle Scholar
Mosegaard Hansen, M-B.
(2005) A comparative study of the semantics and pragmatics of enfin and finalement, in synchrony and diachrony. Journal of French Language Studies, 15(2), 153–171. DOI logoGoogle Scholar
Nøjgaard, M.
(1992-93-95) Les adverbes français. Essai de description fonctionnelle, 3 vols1., Historisk-filosofiske Meddelelser, 66. Copenhague: Munksgaard.Google Scholar
Nølke, H.
(1983) Les adverbes paradigmatisants: fonction et analyse. Revue Romane, numéro spécial 23. Copenhague: Akademisk Forlag.Google Scholar
(1994) Linguistique modulaire: de la forme au sens. Louvain-Paris: Peeters.Google Scholar
Norén, C.
(2013) Non seulement sur le débat parlementaire mais surtout sur surtout . In F. Sullet-Nylander, H. Engel, & G. Engwall (Eds.), La linguistique dans tous les sens (pp. 179–190). Stockholm: kungl. Vitterhets Histories och Antikvitets Akademien.Google Scholar
Rossari, C.
(1990) Projet pour une typologie des opérations de reformulation. Cahiers de linguistique française, 111, 345–359.Google Scholar
(1993) A propos de l’influence de la composition morphologique d’une locution sur son fonctionnement sémantico-pragmatique. Cahiers de linguistique française, 141, 150–171.Google Scholar
(2012) Valeur évidentielle et/ou modale de faut croire, on dirait et paraît . Langue française, 1731, 65–82. DOI logoGoogle Scholar
Roulet, E.
(1987) Complétude interactive et connecteurs reformulatifs. Cahiers de linguistique française, 81, 111–140.Google Scholar
(1999) Une approche modulaire de la complexité de l’organisation du discours. In H. Nølke, & J-M. Adam (Eds.), Approches modulaires: de la langue au discours (pp. 187–257).Lausanne: Delachaux et Niestlé.Google Scholar
Sarda, L., & Carter-Thomas, S.
(2009) Rôle informationnel et textuel des adverbiaux détachés: Exemples anglais et français en sur et on . In L. Florea, C. Papahagi, L. Pop, & A. Curea (Eds.), Directions actuelles en linguistique du texte (pp. 311–328). Cluj: Cara Cartii de Stiintan.Google Scholar
(2012) L’impact de la position phrastique sur les fonctions et valeurs des SP adverbiaux: l’exemple des SP en sur et dans . Travaux de linguistique, 641, 21–54. DOI logoGoogle Scholar
Sarda, S., & Charolles, M.
(Eds.) (2012) Les adverbiaux prépositionnels: Position, fonction et portée. Travaux de linguistique, 641. DOI logoGoogle Scholar
Schelling, M.
(1982) Quelques modalités de clôture. Les conclusifs finalement, en somme, au fond, de toute façon . Cahiers de linguistique française, 41, 63–106.Google Scholar
Schnedecker, C.
(2001) Adverbes ordinaux et introducteurs de cadre. Aspects linguistiques et cognitifs. Lingvisticae Investigationes, XXIV(2), 257–287. DOI logoGoogle Scholar
(2002)  Premier, principal, primordial: des adjectifs qui sortent du rang. Langue française 1361, 89–103. DOI logoGoogle Scholar
(2011)  A la fin, in fine, au final: qu’est-ce qui fait la différence, finalement ? Langages, 1841, 111–127. DOI logoGoogle Scholar
Schnedecker, C., & Bras, M.
(2011) Description sémantique de dans un premier temps: de la composition syntagmatique au discours. Discours, 91, [URL]Google Scholar
Schrepfer-André, G.
(2005) Les selon X énonciatifs: portée phrastique et textuelle et indices de clôture. Verbum, XXVII(3), 215–229.Google Scholar
Searle, J-R.
. (édition 1982) Sens et expression. Trad. J. Proust. Paris: les Editions de Minuit.Google Scholar
Stosic, D.
(2012) Le pouvoir cadratif des compléments introduits par à travers: des cadres de discours pas comme les autres? Travaux de linguistique, 641, 55–78. DOI logoGoogle Scholar
Svensson, M.
(2010)  Marqueurs corrélatifs en français et en suédois. Etude sémantico-fonctionnelle de d’une part…d’autre part, d’un côté…de l’autre et de non seulement…mais en contraste. Studia Romanica Upsaliensia, 791, Uppsala: thèse de doctorat.Google Scholar
Taboada, M., & Mann, W.C.
(2006) Rhetorical structure theory: Looking back and moving ahead. Discourse Studies, 8(3), 423–459. DOI logoGoogle Scholar
Tournadre, N.
(2004) Typologie des aspects verbaux et intégration à une théorie du TAM. Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, XCIX(1), 7–68. DOI logoGoogle Scholar
Vet, C.
(2002) Les adverbes de temps: composition lexicale et « coercion ». In B. Laca (Ed.), Temps et aspect. De la morphologie à l’interprétation (pp. 179–192). Paris: Presses Universitaires de Vincennes.Google Scholar
(2008) Six traits sémantiques suffisent à décrire tous les temps du français. In M. Birkelund, M-B. Mosegaard Hansen, & C. Norén (Eds.), L’énonciation dans tous ses états. Mélanges offerts à Henning Nølke (pp. 451–471). Berne: Peter Lang.Google Scholar
Virtanen, T.
(1992) Discourse functions of adverbial placement in English. Abo: Abo Akademi University Press.Google Scholar
Willems, D.
(1983) « Regarde voir ». Les verbes de perception visuelle et la complémentation verbale. In Verbe et phrase dans les langues romanes, Mélanges offerts à Louis Mourin. Romanica Gandesia XX (pp. 147–158). Universiteit Gent.Google Scholar
(2011)  Observer: Entre regarder et voir . In F. Neveu, P. Blumenthal, & N. Le Querler (Eds.), Au commencement était le verbe. Syntaxe, Sémantique, Cognition (pp. 467–478). Berne: Peter Lang.Google Scholar
Willems, D., & Defrancq, B.
(2000) L’attribut de l’objet et les verbes de perception. Langue française, 1271, 6–21. DOI logoGoogle Scholar
Cited by

Cited by 1 other publications

Lenepveu, Véronique
2021. Entre objectivité et subjectivité : il est évident que (P). Travaux de linguistique n° 80:1  pp. 107 ff. DOI logo

This list is based on CrossRef data as of 1 february 2024. Please note that it may not be complete. Sources presented here have been supplied by the respective publishers. Any errors therein should be reported to them.