Article published in:
Lingvisticæ Investigationes
Vol. 39:1 (2016) ► pp. 126
Références bibliographiques

Références bibliographiques

Anscombre, J.-C.
(1995) Morphologie et représentation événementielle : le cas des noms de sentiment et d’attitude. Langue Française, 105, 40–54. CrossrefGoogle Scholar
(1996) Noms de sentiment, noms d’attitude et noms abstraits. In N. Flaux, M. Glatigny, & D. Samain (Eds.), Les noms abstraits. Histoire et théories (pp. 257–273). Lille: Presses Universitaires du Septentrion.Google Scholar
Baider, F., & Constantinou, M.
(2014a) Scénario cognitif et ‘mises en scènes’ des émotions : étude contrastive des concepts de colère et de rage en grec et en français. In P. Blumenthal, I. Novakova, & D. Siepmann (Eds.), Les émotions dans le discours. Emotions in discourse (pp. 55–67). Frankfurt am Main: Peter Lang.Google Scholar
(2014b) La fureur de gagner, la rage de perdre. Étude contrastive de colère, de rage et de fureur en français et en grec moderne. In J. Sorba & C. Cusimano (Eds.), Sens multiple(s) et polysémie. Regards d’Occident (pp. 89–104). Études Romanes de Brno n°35.1.Google Scholar
Blumenthal, P.
(2002) Les péchés capitaux : profil combinatoire et dimension textuelle. In M. Kesik (Ed.), Référence discursive dans les langues romanes et slaves (pp. 29–45). Lublin: Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej.Google Scholar
Buvet, P.-A., Girardin, C., Gross, G., & Groud, C.
(2005) Les prédicats d’affect. Lidil, 32, 123–143.Google Scholar
Blumenthal, P.
(2007) Sciences de l’Homme vs sciences exactes : combinatoires des mots dans la vulgarisation scientifique. Revue française de linguistique appliquée, 12(2), 15–28.Google Scholar
Dunning, T.
(1993) Accurate methods for the statistics of surprise and coincidence. Computational Linguistics, 19(1), 61–74.Google Scholar
Fesenmeier, L.
(2010) “Se souvenir” en français et en italien : différence(s) de centrage. In M. Iliescu, H. Siller-Runggaldier, & P. Daniel (Eds.), Actes du XXVe Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes, tome III, section 7 (pp. 85–96). Tübingen: Niemeyer. CrossrefGoogle Scholar
Goossens, V.
(2005) Les noms de sentiment : esquisse de typologie sémantique fondée sur les collocations verbales. Lidil, 32, 103–127.Google Scholar
(2011) Propositions pour le traitement de la polysémie régulière des noms d’affect. Thèse de doctorat. Université de Grenoble – LiDiLEM.Google Scholar
Gross, M.
(1995) Une grammaire locale de l’expression des sentiments. Langue française, 105, 70–87. CrossrefGoogle Scholar
Grutschus, A., Kern, B., & Tutin, A.
(2013) La polarité du lexique de l’affect : perspective combinatoire et contrastive. In G. Cislaru & F. Baider (Eds.), Cartographie des émotions. Propositions linguistiques et sociolinguistiques (pp. 85–96). Paris: PSN.Google Scholar
Hoey, M.
(2005) Lexical priming. A new theory of words and language. Londres – New York: Routledge.Google Scholar
Imbs, P., & Quemada, B.
(Eds.) (1994) Trésor de la Langue Française. [version informatisée] : http://​atilf​.atilf​.fr​/tlf​.htm.Google Scholar
Manning, C., & Schütze, H.
(1999) Foundations of statistical natural language processing. Cambridge: MIT Press.Google Scholar
Mel’čuk, I., Clas, A., & Polguère, A.
(1995) Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire. Louvain-la-Neuve: Duculot.Google Scholar
Mel’čuk, I.
. (dir.) (1984-1999) Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain : recherches lexico-sémantiques (4 vol). Montréal: Presses de l’Université.Google Scholar
(2004a) Actants in semantics and syntax I : actants in semantics. Linguistics, 42(1), 1–66. CrossrefGoogle Scholar
(2004b) Actants in semantics and syntax II : actants in syntax. Linguistics, 42(2), 247–291.Google Scholar
Micheli, R.
(2010) L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français. Paris: Cerf.Google Scholar
Moreau, M.-L.
(1988) Un mot, des fonctions, des contextes. Linguisticae Investigationes, 12(1), 129–145. CrossrefGoogle Scholar
Novakova, I., Grossmann, F., & Goossens, V.
(2013a) Interactions entre profil discursif et structures actancielles : l’exemple des noms de surprise et de respect. In G. Cislaru & F. Baider (Eds.), Cartographie des émotions. Propositions linguistiques et sociolinguistiques (pp. 71–84). Paris: PSN.Google Scholar
(2013b) Interactions entre profil discursif et structures actancielles : l’exemple des verbes de surprise et de respect. Langue française, 180, 31–46. CrossrefGoogle Scholar
Novakova, I., & Sorba, J.
(2013a)  Stupéfier et jalouser dans les séquences textuelles journalistiques : quel profil discursif pour quelle stratégie argumentative ? Le discours et la langue. Revue de linguistique française et d’analyse du discours, 4(1), 203–220.Google Scholar
(2013b) Argumentation et émotion dans les séquences textuelles journalistiques. Le cas de stupeur et de jalousie . In T. Muryn, S. Mejri, W. Prazucc, & I. Sfar (Eds.), La phraséologie entre langues et cultures. Structures, fonctionnements, discours (pp. 137–149). Frankfurt am Main: P. Lang.Google Scholar
(2014) L’émotion dans le discours. À la recherche du profil discursif de stupeur et de jalousie . In P. Blumenthal, I. Novakova, & D. Siepmann (Eds.), Les émotions dans le discours. Emotions in discourse (pp. 161–173). Frankfurt am Main: P. Lang. CrossrefGoogle Scholar
Plantin, C.
(2012) Les séquences discursives émotionnées : définition et application à des données tirées de la base CLAPI. In Actes du CMLF 2012 – 3e Congrès Mondial de Linguistique Française (pp. 629–642). CrossrefGoogle Scholar
Rastier, F.
(1987) Sémantique interprétative. Paris: PUF.Google Scholar
Rey-Debove, J., & Rey, A.
(Eds.) (2014) Le Petit Robert. Dictionnaire analogique et alphabétique de la langue française. Paris: Dictionnaires Le Robert. Version électronique.Google Scholar
Tutin, A.
(2013) Les collocations lexicales : une relation essentiellement binaire définie par la relation prédicat-argument. Langages, 189, 47–63. CrossrefGoogle Scholar
Tutin, A., Novakova, I., Grossmann, F., & Cavalla, C.
(2006) Esquisse de typologie des noms d’affect à partir de leurs propriétés combinatoires. Langue française, 150, 32–49. CrossrefGoogle Scholar
Van Valin, R., & LaPolla, R.
(1997) Syntax : Structure, meaning, function. Cambridge: CUP. CrossrefGoogle Scholar
Yannick Mathieu, Y.
(2000) Les verbes de sentiments : de l’analyse au traitement automatique. Paris: Éditions du CNRS.Google Scholar
Zhang, L., & Ferrari, S.
(2014) Intensité et polarité : un modèle opératoire articulant plusieurs travaux linguistiques. Langue française, 184, 38–52. CrossrefGoogle Scholar