L'Époque de la Renaissance (1400–1600)

4 vols. set

Editor
| University of Toronto
HardboundAvailable
ISBN 9789027234698 | EUR 552.00 | USD 827.00
Les quatre volumes de l' « Histoire comparée des littératures de langues européennes » portant sur la Renaissance incarnent une véritable gageure dans le domaine des sciences humaines, et en particulier du comparatisme. Il s'agit en effet d'observer, d'analyser et de décrire des séries de phénomènes survenues à des distances diverses les uns des autres dans le temps et dans l'espace; et pourtant mutuellement pertinents. C'est la nature de cette pertinence que cherche à décrire la sous-série Renaissance de l' « Histoire comparée des littératures de langues européennes » en analysant, dans différents pays d'Europe, et peu à peu à travers le monde, les manifestations de ce qu'il est convenu d'appeler la Renaissance. Certes, il y eut dans différents pays d'Europe — mais non en Europe uniquement — une vive conscience, puis une connaissance de plus en plus approfondie, de leur passé antique (et peut-être devrait-on plutôt dire ancien, puisque la notion d'Antiquité est souvent liée à des antécédents géographiquement déjà mieux définis); et une enthousiaste redécouverte de ce passé.

Une telle démarche convient parfaitement à l'esprit du comparatisme, voué à un continuel questionnement épistémologique et à l'analyse de différences problématiques, aux explorations de la connaissance complexe et nécessaire de l'Autre, aux transformations novatrices. Une méthode inductive s'impose, car antécédents et renouvellements varient abondamment d'un pays à l'autre.

S'imposait, d'abord, en l'occurrence, un réexamen des aristotélismes; et une analyse des concordances et différences religieuses entre les pays concernés. Ensuite, il fallait observer nombre de changements institutionnels: de nouvelles législations sont formulées; des académies se créent et se multiplient; le rôle de l'Église se transforme, tandis qu'un renouveau scripturaire se fait jour. Une nouvelle poétique savante et des mouvements épistolaires créent de vivantes relations intellectuelles. Mais il se produit aussi et surtout de vifs désaccords: combat contre les « hommes obscurs », résistance aux nouveautés; et concurrences (« paragone ») entre les arts libéraux.

Pourtant, la joie n'est pas sans dominer au cours des fêtes publiques et lors des adaptations du théâtre antique. Se fait jour une exaltation esthétique de la vie, une transformation du madrigalisme pétrarquisant, une héroïsation des passions humaines, une redécouverte et de nouvelles recherches dans le domaine de la nature et la glorification de celle-ci, tandis que s'affrontent astrologie et astronomie...

Et comment ne pas faire place aux mythes d'une parfaite harmonie; aux rêves d'une église rénovée, d'une utopie sociale et politique, tout cela aboutissant à l'apogée de la philosophie de l'amour et à une théorisation finale contemplant une harmonia mundi non sans rapport avec le rôle emblématique que joua Léonard de Vinci."

[Comparative History of Literatures in European Languages, EdR]  2017.  2622 pp. (4 vols. set)
Publishing status: Available | Language: French