Article published in:
FORUM
Vol. 11:2 (2013) ► pp. 95115
References

References

Bally, C.
(1951) Traité de stylistique française. Genève: Georg et Cie et Paris: Klincksieck.Google Scholar
Berman, A.
(1984), L’épreuve de l’étranger, Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris: Gallimard.Google Scholar
(1985), La traduction comme épreuve de l’étranger. Traduction: Textualité. Texte. 4, 67–81.Google Scholar
Cho, J.-R.
(2005), Etude comparative de la culture de la traduction en Orient et en Occident, Littérature comparée, 48, 5–32. (en coréen)Google Scholar
Cho, U.-Y & Han M.-A.
(2005), Le discours direct libre, sa validité optimale : autour de Qu’est devenu l’homme coincé dans l’ascenseur, The Journal of translation studies, 16(1), 177–203. (en coréen)Google Scholar
Collectif
(2012) Séoul, vite vite, Anthologie de nouvelles coréennes contemporaines, Paris : Editions Philippe Picquier.Google Scholar
Cressot, M., & James, L.
(1983) Le style et ses techniques: précis d’analyse stylistique. Presses universitaires de France.Google Scholar
Grevisse
(2008), Le bon usage (14e édition), Paris : Duculot.Google Scholar
Hwang, H.-S, & Yun, J.-K, Im, S.-M.
(2007), La traduction de la culture, Culture de la traduction culturelle et artistique, 324, 10–35. (en coréen)Google Scholar
Kim, J.-S.
(2006), un enthousiasme exceptionnel, Koreana, 7(3), 8.Google Scholar
Kim, J.-Y.
(2011), La traduction des éléments liés à la culture dans les œuvres littéraires, thèse de doctorat, Département de langue et littérature françaises, Université Koryo. (en coréen)Google Scholar
(2013), La traduction des éléments liés à la culture : quelques paramètres à considérer, Etudes franco-coréennes, 64, 71–105.Google Scholar
Kim, J.-W.
(2012), La traduction et la langue coréenne, Ecole d’hiver de traductologie, Institut des Etudes de traduction et de rhétorique, Equipe de formation des critiques des traduction de l’Université Koryo.Google Scholar
Kim, Y.-H.
(1997), Le déménagement, Retour du grand-frère, Séoul : Munhakdongne.Google Scholar
Lee, I.-S.
(2003), Réflexion sur la traduction en français des oeuvres littéraires coréennes : autour de l’éternel empire de Yi In-hwa, Etudes de la langue et littérature française, 56, 767–794. (en coréen)Google Scholar
Marouzeau, J.
(1946) Traité de stylistique latine (Vol. 12). Paris : les Belles lettres.Google Scholar
Meschonnic, H.
(1999), Poétique du traduire, Paris: Verdier.Google Scholar
Oh, J.-S.
(2004), La littérature coréenne en France : bilan et avenir, Traduction en langues étrangères de la littérature coréenne, passé, présent et futur, Séoul : Presse de l’Université Yonse. (en coréen)Google Scholar
Seo, J.-M.
(2002), Problèmes et devoirs de la traduction de la littérature coréenne, Littérature étrangère, 53–73. (en coréen)Google Scholar
Shim, S.-D.
(2005), Le chat, le serpent et la tombe, Esthète, Séoul : Seanggakui namu, 3003–328. (en coréen)Google Scholar
(2012), Le chat, le serpent et la tombe. Koreana, 13(4), 72.Google Scholar
Shin, K.-S.
(1997), Quand viendra l’heure, Recueil de nouvelles du Prix littéraire Dongin, Séoul : Joseonilbosa. (en coréen)Google Scholar
Toury, G.
(1995), Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam: Benjamins. CrossrefGoogle Scholar
Venuti, L.
(1991) Genealogies of translation theory: Schleiermacher. TTR: traduction, terminologie, rédaction, 4(2), 125–150. CrossrefGoogle Scholar
(1995), The translator’s invisibility : A history of translation, London and New York: Routledge. CrossrefGoogle Scholar
(1998), “Strategies of Translation”, in Baker, M. (ed.), Encyclopedia of Translation Studies, London: Routledge.Google Scholar
(ed)(2000), The translation studies Reader, London: Routledge. CrossrefGoogle Scholar
Yi, I.-H.
(2000), L’éternel empire, Paris : Maisonneuve et Larose.Google Scholar