Références

Références

Apothéloz, D.
(2010) Le passé surcomposé et la valeur de parfait existentiel. Journal of French Language Studies, 20/2, 105–126. CrossrefGoogle Scholar
Apothéloz, D. & Nowakowska, M.
(2010) La résultativité et la valeur de parfait en français et en polonais. In E. Moline, & C. Vetters (Eds.), Temps, aspect et modalité en français (pp. 1–23). Amsterdam: Rodopi ( Cahiers Chronos 21). CrossrefGoogle Scholar
Apothéloz, D.
(2016) Sémantique du passé composé en français moderne et exploration des rapports passé composé / passé simple dans un corpus de moyen français. In P.-D. Giancarli, & M. Fryd (Eds.), Aoristes et parfaits (pp. 199–246). Leiden, Boston: Brill ( Cahiers Chronos 28). CrossrefGoogle Scholar
(2017) Le parfait d’expérience et l’évolution de la relation passé composé – passé simple. In S. Prévost, & B. Fagard (Eds.), Le français en diachronie. Dépendances syntaxiques, morphosyntaxe verbale, grammaticalisation (pp. 157–188). Berne: P. Lang.Google Scholar
Ayres-Bennett, W., & Caron, P.
(Eds.) (1996) Les Remarques de l’Académie française sur le Quinte-Curse de Vaugelas (1719–1720). Paris: Presses de l’École Normale Supérieure.Google Scholar
Barbazan, M.
(2007) Le trait [+/– allocutif]. Un principe explicatif de l’opposition du passé simple et du passé composé. Romanische Forschungen, 119, 429–463. CrossrefGoogle Scholar
Beauzée, N.
(1765) Article « Tems ». Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 16 (pp. 96–117). Neufchastel: Samuel Faulche & Cie.Google Scholar
Benveniste, E.
(1959) Les relations de temps dans le verbe français. Bulletin de la Société de Linguistique, 54/1, 69–82. Réédité dans: Problèmes de linguistique générale, 1 (pp. 237–250). Paris: Gallimard 1966.Google Scholar
Benzitoun, C., & Saez, F.
(2016) Les constructions en quand . Encyclopédie grammaticale du français. En ligne : encyclogram​.fr
Borel, M.
(2019) Les formes verbales surcomposées en français. Université de Fribourg (CH) & Université de Lorraine, thèse de doctorat.Google Scholar
Borillo, A.
(1988) Quelques remarques sur quand connecteur temporel. Langue française, 77, 71–91. CrossrefGoogle Scholar
Bres, J.
(2010) Polysémie ou monosémie du passé composé ? Actualisation, interaction, effets de sens produits. In N. Flaux, D. Stosic, & C. Vet (Eds.), Interpréter les temps verbaux (pp. 161–180). Berne: P. Lang.Google Scholar
Carruthers, J.
(1993) Passé composé, passé surcomposé : marqueurs de l’antériorité en français parlé. In G. Hilty (Ed.), La phrase. Actes du XXe Congrès international de linguistique et de philologie romanes, vol. 1 (pp. 109–122). Tübingen: Francke.Google Scholar
Charolles, M., & Vigier, D.
(2005) Les adverbiaux en position préverbale : portée cadrative et organisation des discours. Langue française, 148, 9–30. CrossrefGoogle Scholar
Dauzat, A.
(1947) Grammaire raisonnée de la langue française. Lyon: I.A.C.Google Scholar
Declerck, R.
(2006) The grammar of the English verb phrase. Vol. 1 : The grammar of the English tense system. Berlin: Mouton De Gruyter.Google Scholar
Dik, S.
(1989) The theory of functional grammar, I. Dordrecht: Foris.Google Scholar
Foulet, L.
(1925) Le développement des formes surcomposées. Romania, 51, 203–252. CrossrefGoogle Scholar
Gosselin, L.
(1996) Sémantique de la temporalité en français. Louvain-la-Neuve: Duculot.Google Scholar
(2017) Les temps verbaux du français : du système au modèle. Verbum, 39/1, 31–69.Google Scholar
(2020) Les modalités dans L’Étranger et l’expression de l’absurde. In E. Corre, D.T. Do-Hurinville, & H.-L. Dao (Eds.), The expression of tense, aspect, modality and evidentiality in Albert Camus's L'Étranger and its translations (pp. 267–282). Amsterdam: J. Benjamins.Google Scholar
Groupe de Fribourg
(2012) Grammaire de la période. Berne: P. Lang.Google Scholar
Guillaume, G.
(1929) Temps et verbe : Théorie des aspects, des modes et des temps. Paris: H. Champion.Google Scholar
Martinet, A.
(1979) Grammaire fonctionnelle du français. Paris: Didier, Crédif.Google Scholar
McCawley, J.
(1971) Tense and time reference in English. In C. J. Fillmore, & D. T. Langendoen (Eds.), Studies in Linguistic Semantics (pp. 96–113). New York: Holt, Rinehart and Winston.Google Scholar
Olsson, L.
(1971)  Étude sur l’emploi des temps dans les propositions introduites par quand. et lorsque. et dans les propositions qui les complètent en français contemporain . Uppsala: Tofters-Wretmans boktryckeri.Google Scholar
Revaz, F.
(1996) Passé simple et passé composé : entre langue et discours. Études de linguistique appliquée, 102, 175–190.Google Scholar
Pétrone, Le Satiricon
1967 (1ère édition 1923), texte établi et traduit par A. Ernout, Paris, Société d'édition "Les Belles Lettres", CUF.Google Scholar
Sartre, J.-P.
(1947) Explication de L’Étranger . Situations 1. Paris: Gallimard.Google Scholar
Stefanini, J.
(1954) La tradition grammaticale française et les temps surcomposés. Annales de la Faculté des Lettres d’Aix, 28, 67–108. Réédité dans: Linguistique et langue française (pp. 37–74). Textes de J. Stefanini réunis par P. Bonnefois. Paris: Ed. du CNRS 1992.Google Scholar
de Swart, H.
(1998) Aspect shift and coercion. Natural Language and Linguistic Theory, 16/2, 347–385. CrossrefGoogle Scholar
Vet, C.
(1992) Le passé composé : contextes d’emploi et interprétation. Cahiers de praxématique, 19, 37–59.Google Scholar
Vendler, Z.
(1957) Verbs and time. The Philosophocal Review, LXVI, 143–160. CrossrefGoogle Scholar
Wilmet, M.
(1992) Le passé composé. Histoire d’une forme. Cahiers de praxématique, 19, 13–36.Google Scholar
Zandvoort, R. W.
(1932) On the Perfect of Experience. English Studies, 14, 11–20, 76–79. CrossrefGoogle Scholar