Article published in:
Revue Romane
Vol. 54:2 (2019) ► pp. 315334
Références

Références

Adam, J. -M.
(1997) : Du renforcement de l’assertion à la concession : variations d’emploi de certes . L’Information grammaticale, n° 73, pp. 3–9. CrossrefGoogle Scholar
Anscombre, J. -C.
(1983) : Pour autant, pourtant (et comment) : à petites causes, grands effets. Cahiers de linguistique française, n° 5, pp. 37–84.Google Scholar
(1985) : Grammaire traditionnelle et grammaire argumentative de la concession. Revue internationale de philosophie, n° 155, pp. 333–49.Google Scholar
(2002) : Mais/pourtant dans la contre-argumentation directe : raisonnement, généricité et lexique. Linx, n° 46, pp. 115–31. CrossrefGoogle Scholar
Bandy, W. T.
(1967) : Les morts, les pauvres morts… Revue des sciences humaines, n° 127, pp. 477–80.Google Scholar
Benjamin, W.
(1979) : Charles Baudelaire. Un poète lyrique à l’apogée du capitalisme. Payot, Paris.Google Scholar
(1991) : Écrits français. Gallimard, Paris.Google Scholar
Bonnefoy, Y.
(2000) : Baudelaire : la tentation de l’oubli. Bibliothèque Nationale de France, Paris.Google Scholar
Crépet, J., G. Blin & C. Pichois
(1968) : Charles Baudelaire. Les Fleurs du Mal. José Corti, Paris.Google Scholar
David, J. & R. Martin
(éds) (1980) : La Notion d’aspect. Klincksieck, Paris.Google Scholar
Delente, É.
(1992) : Le Rythme : principe d’organisation du discours poétique. Thèse de doctorat, Université de Caen.Google Scholar
Dendale, P.
(1994) : Devoir épistémique, marqueur modal ou évidentiel? Langue française, n° 102, pp. 24–40. CrossrefGoogle Scholar
(1999) : Devoir au conditionnel : valeur évidentio-modale et origine du conditionnel. Cahiers Chronos, 4, pp. 7–28.Google Scholar
(2000) : Devoir épistémique à l’indicatif et au conditionnel : inférence ou prédiction?, in Englebert, A. et al. (éds): Actes du XXIIe Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes. Niemeyer, Tübingen, vol. VII, pp. 159–69.Google Scholar
Dendale, P. & De Mulder, W.
(1996) : Déduction ou abduction : le cas de devoir inférentiel, in Z. Guentcheva (éd.): L’Énonciation médiatisée. Peeters, Louvain/Paris, pp. 305–18.Google Scholar
Dominicy, M.
(1997) : Pour une approche cognitive des genres : l’Espagne de Théophile Gautier. Revue belge de philologie et d’histoire, 75, pp. 709–30. CrossrefGoogle Scholar
(1998a) : Paradoxes « temporels » chez Baudelaire, in Englebert, A. et al. (éds): La ligne claire : De la linguistique à la grammaire. Mélanges offerts à Marc Wilmet à l’occasion de son 60e anniversaire. Duculot, Paris/Bruxelles, pp. 187–98.Google Scholar
(1998b) : Pour une étude linguistique des variantes : l’exemple des Fleurs du mal , in Hausmann, F. -R. et al. (éds): Haben sich Sprach- und Literaturwissenschaft noch etwas zu sagen ? Romanistischer Verlag, Bonn, pp. 69–93.Google Scholar
(2002) : De Baudelaire à Montale : étude d’une démarcation, in Bartning, I. et al. (éds): Mélanges publiés en hommage à Gunnel Engwall. Almqvist & Wiksell, Stockholm, pp. 127–36.Google Scholar
(2004) : La pregunta poética. Cuadernos Hispanoamericanos, n° 643, pp. 15–22.Google Scholar
(2009) : La théorie des actes de langage et la poésie. L’Information grammaticale, n° 121, pp. 40–5. CrossrefGoogle Scholar
(2011) : Poétique de l’évocation. Classiques Garnier, Paris.Google Scholar
Ducrot, O.
(1980) : Je trouve que, in Ducrot, O. et al.: Les Mots du discours, Éditions de Minuit, Paris, pp. 57–92.Google Scholar
(1984) : Le Dire et le Dit. Éditions de Minuit, Paris.Google Scholar
Fairlie, A.
(1981) : « Mène-t-on la foule dans les ateliers ? » – some remarks on Baudelaire’s variants», in Imagination and Language : Collected essays on Constant, Baudelaire, Nerval and Flaubert, éd. par M. Bowie. Cambridge University Press, Cambridge/New York, pp. 228–49.Google Scholar
Gosselin, L.
(2010) : Les Modalités en français. La validation des représentations. Rodopi, Amsterdam/New York. CrossrefGoogle Scholar
Guex, A.
(1934) : Aspects de l’art baudelairien. Thèse de doctorat, Université de Lausanne.Google Scholar
Hoepelman, J. & C. Rohrer
(1980) : Déjà et encore et les temps du passé en français, in David & Martin (éds), pp. 119–43.Google Scholar
Hubert, J. D.
(1953) : L’Esthétique des « Fleurs du Mal ». Essai sur l’ambiguïté poétique. Pierre Cailler, Genève.Google Scholar
Jackson, J. E.
(1982) : La Mort Baudelaire. Essai sur Les Fleurs du Mal. À la Baconnière, Neuchâtel.Google Scholar
(2003) : Douleur, deuil, mémoire. Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie, n° 154, pp. 235–41.Google Scholar
Jayez, J.
(1988) : L’Inférence en langue naturelle. Le problème des connecteurs : représentation et calcul. Hermès, Paris/Londres/Lausanne.Google Scholar
Kronning, H.
(1996) : Modalité, cognition et polysémie : sémantique du verbe modal devoir. Almqvist & Wiksell, Stockholm/Uppsala.Google Scholar
Le Querler, N.
(1996) : Typologie des modalités. Presses Universitaires de Caen, Caen.Google Scholar
Martin, R.
(1980) : Déjà et encore : de la présupposition à l’aspect, in David & Martin (éds), pp. 167–80.Google Scholar
Nuiten, H.
(1979) : Les Variantes des Fleurs du Mal et des Épaves de Charles Baudelaire (1821–1867). Étude de stylistique génétique . APA-Holland University Press, Amsterdam.Google Scholar
Paulhan, J.
(1987) : Paul Valéry ou La littérature considérée comme un faux. Éditions Complexe, Bruxelles.Google Scholar
Pichois, C.
(1975) : Baudelaire. Œuvres complètes, vol. I. Bibliothèque de la Pléiade, Paris.Google Scholar
Pichois, C. & J. Dupont
(2005) : L’Atelier de Baudelaire. Les Fleurs du Mal. Édition diplomatique. Champion, Paris, 4 vol.Google Scholar
Pichois, C. & J. Ziegler
(1973) : Baudelaire. Correspondance, vol. I. Bibliothèque de la Pléiade, Paris.Google Scholar
(1987) : Baudelaire. Julliard, Paris.Google Scholar
Pommier, J.
(1945) : Dans les chemins de Baudelaire. José Corti, Paris.Google Scholar
Prévost, J.
(1953) : Baudelaire. Essai sur l’inspiration et la création poétiques. Mercure de France, Paris.Google Scholar
Richter, M.
(2001) : Baudelaire. Les Fleurs du Mal. Lecture intégrale. Slatkine, Genève, 2 vol.Google Scholar
Riffaterre, M.
(1992) : Énonciation et intertexte, in De Mulder, W. et al. (éds): Énonciation et Parti Pris. Rodopi, Amsterdam, pp. 301–9.Google Scholar
Ruwet, N.
(1996) : Lamartine : la musique du Lac . Langue française, n° 110, pp. 86–102. CrossrefGoogle Scholar
Searle, J. R.
(1972) : Les Actes de langage. Essai de philosophie du langage, trad. fr. de H. Pauchard. Hermann, Paris.Google Scholar
(1982) : Sens et expression. Études de théorie des actes de langage, tr. fr. de J. Proust. Éditions de Minuit, Paris.Google Scholar
Starobinski, J.
(1984) : « Je n’ai pas oublié… » (Baudelaire : poème XCIX des Fleurs du Mal), in Boissier, G. & D. Bouverot (éds): Au bonheur des mots. Mélanges en l’honneur de Gérald Antoine. Presses Universitaires de Nancy, Nancy, pp. 419–29.Google Scholar
Valéry, P.
(1957–60) : Œuvres, éd. de Jean Hytier. Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 2 vol.Google Scholar
Vanderveken, D.
(1988) : Les Actes de discours. Essai de philosophie du langage et de l’esprit sur la signification des énonciations. Mardaga, Liège/Bruxelles.Google Scholar
Vetters, C.
(2001) : Le conditionnel : ultérieur du non-actuel, in Dendale, P. & L. Tasmowski (éds): Le Conditionnel en français. Klincksieck, Paris, pp. 169–207.Google Scholar
Vivier, R.
(1989) : L’Originalité de Baudelaire. Palais des Académies, Bruxelles.Google Scholar
Vogeleer, S. & M. Dominicy
(2003) : Avant que : les modèles cognitifs et les attributions d’états mentaux, in Guéron, J. & L. Tasmowski (éds): Temps et point de vue. Université Paris X-Nanterre, Paris, pp. 301–27.Google Scholar
Cited by

Cited by 1 other publications

Dominicy, Marc
2018. Les fondements conceptuels et méthodologiques d’une approche cognitive de la poésie. Pratiques :179-180 Crossref logo

This list is based on CrossRef data as of 11 september 2021. Please note that it may not be complete. Sources presented here have been supplied by the respective publishers. Any errors therein should be reported to them.